Retour sur Paris-Web : un métier ou une passion, un droit élémentaire ou un business ? Une culture professionnelle ?

par Thomas Fourdin, le 17 octobre 2009

Une conférence de haut-vol

La semaine dernière se tenait la (fameuse) conférence « Paris-Web, webdesign, qualité et accessibiltié ». L’occasion pour moi, pauvre chef de projet éloigné malgré lui du concret du métier, de renouer pendant deux jours avec le HTML, les CSS, le HTTP, le design, la sécurité et plus globalement les standards et bonnes pratiques de création Web. Le tout servi par des orateurs de renom et de talent !

page d'accueil et introduction du site de Paris-Web

la profession de foi de Paris-Web

Du Web bien fait

Un des sujets rémanant de ces conférences est la difficile promotion des standards et la qualité Web. Comment expliquer à un décideur que l’on peut faire une bonne ou une mauvaise implémentation d’un site Internet si il ne le constate pas de visu ? Comment recruter une équipe experte qui est à cœur de produire un design et un code de qualité ?

Sur place, les conférenciers et les participants semblent animés par un amour du travail bien fait, une passion pour ce qu’ils font, voire une certaine technophilie qui peut tourner au sectarisme parfois (notamment en érigeant des ennemis communs et omniprésents : la firme de Redmond en premier lieu).

La valeur du Web

Le Web est-il un métier à part ? Dans quel autre domaine d’activité, des acteurs concurrents se rencontrent pour partager un amour de la qualité et du travail bien fait ? La médecine, le journalisme ? Pourquoi une telle importance de la culture professionnelle dans ce secteur de l’Internet ?

J’y vois plusieurs éléments d’explication, liés à la courte histoire du Web et à la place qu’il occupe déjà dans notre société :

  • Tout d’abord, le Web est encore assez neuf. Ceux qui y travaillent aujourd’hui depuis quelques années n’ont pas été spécialement formés à cet égard mais ont appris eux même en bidouillant et par passion. Ces communautés de passionnés ont inventé depuis rien les standards et les bonnes pratiques du Web.
  • Ensuite, le Web est un domaine très facile d’accès. Aucune formation, jamais ouvert un livre sur le sujet ? Pas besoin de ça pour mettre une page en ligne et aucun risque à l’arrivée sinon celui des yeux et du temps perdu. Cette facilité explique un besoin d’autant plus fort de sensibilisation et de formation.
  • Enfin, le Web est devenu incroyablement incontournable comme espace d’information et d’expression. Au point que la Finlande déclare aujourd’hui l’accès à l’Internet haut-débit comme un droit. Cela en fait un peu plus qu’un media, un service, un outil et une vitrine. Ceux qui y travaillent ont une haute opinion de leurs attributions et de la nécessité de rendre l’accès au Web universel et pérenne pour tous.
  • Une culture commune

    Des événements comme Paris-Web sont fondamentaux pour le métier. Ils entretiennent et professionnalisent cette culture Web, ces bonnes pratiques qui distingue un site lambda d’un site de qualité et aux standards.

    Pour moi comme pour beaucoup de participants, cette conférence a permis de se rappeler que les enjeux du Web ne sont pas uniquement commerciaux. Mais, qu’au contraire, travailler dans ce secteur demande une volonté de faire bien (et même mieux que communément attendu) pour que le Web soit encore et toujours un espace ouvert et universel.

    Autres billets qui peuvent vous intéresser :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs marqués d'une * sont obligatoires.


    Répondez à la petite question arithmétique ci-dessous pour prouver que vous êtes bien vous *